LE MARIN JOURNAL DES GENS DE MER EXTRAITS VERSION COMPENSÉE HAUT PARLEUR ACCESSIBLE BLIND 08/04/2021…

TENDANCES
5
Moins de morue pour les Saint-Pierrais
La yacht « SS Delphine» fête ses 100 ans
Le festival de films lorientais Pêcheurs du mondea
décerné, le vendredi 2 avril, le palmarès de sa 13 édition, dont la diffusion exclusive sur la plateforme Kub a connu un véritable succès, avec 14 358 sessions enregistrées. Le jury a décerné cing prix, dont celui de la catégorie longs métrages à « septembre 1930, thoniers dans la tempête », d’Alain Pichon.
La France et le Canada ont décidé, le 1″ avril, une réduction de moitié du Tac de morue dans la zone des eaux canadiennes du 3PS. Les pêcheurs saint- pierrais pourront y pecher jusqu’a 210 tonnes de cabillaud (contre 420 tonnes en 2020), sur un Tac de 1 346 tonnes.
Sud marine shipyard accueille en cale sèche jusqu’à mi-avril le SS Delphine (à droite). Le yacht de 78,60 metres, construit pour la famille Dodge, est toujours équipé de sa machine a vapeur et ses chaudières d’origine. Lancé le 2 avril 1921, il vient de fëter son centenaire dans la forme n° 2 du chantier marseillais.
Le shipping mondial est bien entré dans le monde d’après. »
François Cadiou, président du courtier Barry Rogliano Salles (BRS), Iors de la présentation de son rapport annuel sur le transport maritime, soulignant le virage amorcé par le shipping vers la décarbonation.
Les deux remorqueurs de Rouen à bon port
a
cn
J
Mario Zanetti à la présidence de
Costa croisières
S AL
MKE
Mario Zanetti, chez Costa depuis 1999, était directeur commercial de Costa croisieres Europe depuis 2020. II prend donc la presidence de Costa crOisieres, qui avait été temporairement Occupee par Michael hamm, directeur général de Costa et Carnival Asie.
Fraichement livrés au Vietnam par le chantier Song Cam de Damen, les deux nouveaux remorqueurs de Thomas services maritimes sont arrivés le 4 avril au terminal rouennais de Saint-Wandrille, par le navire de colis lourds « Imke ». Avec 80 tonnes de traction au point fixe, les « TSM Honfleur» et « TSM Rouen » triplent la capacité de remorquage à Rouen.
Plus d’informations maritimes sur lemarin.ouest-france.fr et dans sa newsletter quotidienne
Jeudi 8 avril 2021 lemarin

4
SCIENCES& ENVIRONNEMENT
La compensation carbone
Jeudi 8 avril 2021 lemarin
4 383
au chevet des herbiers de posidonies Mené dans le parc national des Calanques, le projet Prométhée-Med vise à protéger l’herbier de posidonie. Lobjectif: développer une méthodologie de compen- sation carbone destinée à tous les herbiers marins.
C’est, en mètres carrés, la surface du futur bätiment principal du Shom
du carbone sans équivalent 1 500 tonnes par hectare. « l faut produire une méthode qui per mette de chiffrer la valeur de ‘herbier au niveau du stockage du carbone et qui puisse être du- pliquée sur d’autres territoires », tels que la cõte atlantique, égale- ment riche en herbiers marins, prê- cise Roman de Rafael, membre d’Ecoact, sOciété internationale de conseil (groupe Atos) en charge de
à Brest,
dont les travaux
ont
La compensation carbone au service des herbiers marins, c’est une premiere en France, vante le parc national des Calanques, site pilote du projet Prométhée-Med. Ce dernier vise à établir une mé
26 mmen
livraison
dologie de certification des me- sures de prêservation des herbiers marins dans le cadre du label bas-
vec une reron
prévue au printemps 2023.
Les batiments actuels,
incé en laboers Les herbiers de posidonies
construits en 1971, seront en partie détruits.
carbo
19.
ont une capacitê de stockage la méthodologie.
Financé par Interxion et Schneider electric
Premier contrat de vente pour le mini P2R d’ECoslops
Ecoslops a signé un premier contrat de vente de son mini P2R, unitė conteneurisée de revalorisation des résidus pétroliers. Ce mini P2R (solution que la société vient de rebaptiser Scarabox) est vendu a valtech energy, avec qui Ecoslops avait signe une lettre d’intention en 2020. Cette unité de 7 000 tonnes par an devrait entrer en service a Kribi, au Cameroun, fin 2021. Le contrat de pres de 5 millions d’euros porte sur l’équipement clés en main et une licence d’exploitation associée å une assistance technique pour huit ans.
Deux entreprises se sont en- gagées à financer ce projet. Interxion, spécialisée dans les centres de donnees – qui a encore 900 tonnes de carbone a com- penser , selon Fabrice Coquin, son president -, et Schneider elec- tric dont les émissions de gaz à effet de serre représentent 70 Yo des causes de son impact sur la
Dans le parc des Calanques, les financements permettront, d’ici à 2022, d’installer des équipements tels que des bouees d’amarrage à ancrage écologique et de renfor cer la surveillance. Soit un investis- sement de 2 à 3 millions d’euros et un coût de fonctionnement de
Plus du tiers des prises de pêche sont liées aux herbiers de posidonies, qui abritent entre 4 % et 18 . des espèces marines.
Les sciences marines Occupent 7 000 chercheurs publics français
200 000 à 500 000 euros.
Feriel ALOUTI
Port-Cros mise sur l’intelligence artificielle pour repérer les braconniers
Utiliser la vision et l’intelligence artificielle pour débusquer les ten- tatives de braconnage est l’objec- tif de l’outil Eye sea AMP, actuel lement testé par le parc national de Port-Cros, en Méditerranée. Développé par l’entreprise finisté rienne BSB Marine, cet appareil de télésurveillance doit permettre de reconnaitre des situations de
apprendre à reconnaitre ‘hori- zon, différencier une bouée d’un nageur ou repérer un bateau qui pénėtre dans une zone inter dite », détaille David Poncin, res ponsable des systémes d’informa tion au sein du parc.
alimentées par des panneaux so- laires, le système se déclenche lorsqu’il détecte un scénario déjà décrit. Il stocke alors les images et envoie un SMS aux agents du parc. « Le scénario peut corres pondre à un bateau qui arrive trés vite, qui ralentit et qui repart aus- sitót.. Les scénarios seront ajou- tés au fur et a mesure », explique David Poncin, le parc national des Calanques étant intéressé pour ali- menter le systême. Un arrétê pré- fectoral, attendu pour ce moi-ci, doit permettre au systême d’être opêrationnel.
Grace a cette innovation, le parc entend optimiser les capacités d’intervention de ses agents en periode estivale particulièrement chargee, I’hiver lorsque l’effectif est réduit ou encore dans des zones
péche illégale.
est inspire du systėme d’aide à la navigation baptisé Oscar, éga- lement conçu par l’entreprise, et qui permet a des navires de détec- ter des objets flottants. « II a fallu l’adapter pour le parc et donc lui
difficiles d’accès.
Composé d’une unité de vision équipée de trois caméras et d’une unité de calcul, pOsées a terre et
F.A.
Au total, 7 000 scientifiques publics consacrent leurs recherches aux sciences marines, soit 4,2 % de l’effort public de recherche en France. C’est ce qu’établit une étude menée par le Comite specialise pour la recherche marine, maritime et littorale (Comer) et I’ifremer, dont publies le 19 mars. Cest deux fois plus que ce qui était estimê jusque-la. La moitié de l’effectif s’ancre sur la façade atlantique, un quart en Méditerranée. Concernant les thèmes de recherche, l’environnement tient la corde, suivi par la recherche fondamentale et les applications aux industries de la mer.
resultats ont ete

lemarin Jeudi 8 avril 2021
5
La France forme les futurs marins éthiopiens
DEFENSE
LEthiopie, qui n’a pas le moindre accès à la mer, est courtisée par Paris depuis deux ans. Des formations de marins ont dējà commencé sur la base navale de Djibouti.
ans 10 à 15 ans, T’Ethiopie, qui compte déjà 100 millions d’ha- bitants, aura la deu- xième population d’Afrique derrière le Nigeria. Forte de cette donnée, la France a signé un accord de coopération militaire avec ‘Ethiopie en mars 2019, lors d’un déplacement du président
placer ses produits stars. Des avi- ons, des hélicoptêres, mais aussi des embarcations et des navires avec, sans doute pour démarrer,
de
S. ros patrouilleurs
Entraînements prévus sur des lacs
A ce stade, nul ne sait pas d’où ils opéreront car l’Ethiopie n’a pas d’accès à la mer. Mais des en
Le constat, sur les mers, est simple: les Ethiopiens disposent d’une dizaine de navires de com- merce et d’un quai entier à Djibouti pour approvisionner leur pays, enclavé, et assurer leurs expor- tations, notamment vers le golfe Persique. Pourtant, ‘Ethiopie n’a pas les moyens de les sécuriser, cette zone étant toujours sujette au
Trois sous-officiers éthiopiens étaient, début février, en formation à la base navale de Djibouti.
trainements sont déjä prévus sur
des lacs avec des semi-rigides Sillinger de 6,50 mėtres fournis par
au sein de la base navale. lls re- connaissent toute leur virginite maritime: ils sont issus de lar mée de terre et l’un deux seule ment concede avoir de « bonnes connaissances en mécanique. Ce dernier avoue cependant ne
la France. Ce sera sans doute sur le lac Tana, source du Nil Bleu, à
en anglais et l’officier marinier les trouve sėrieux dans leur travail.
2 730 mêtres d’altitude.
Pour sa premiére formation, il avait déjà notamment instruit des méca-
Un officier, déjà venu se former à Toulon au pôle école Méditerranée, doit bientöt faire étape à Lanvéoc- Poulmic (Finistère), à l’Ecole na- futurs mécaniciens des moteurs Suzuki quatre temps de 150 ch de ces hors-bords sont
niciens soudanais Sur des moteurs diesel dotant des navires. Une ae-
risque de piraterie.
Le futur deuxième Etat d’Afrique veut aussi tenir son rang dans le domaine militaire: un vaste pro- gramme d’équipement est en cOurs de réflexion, et Paris veut y
ration intellectuelle règulière pour
« jamais avoir mis les pieds sur un semi-rigide».
vale.
ce frigoriste de formation, avant de revenir a son activitë habituelle: maintenancier à tout faire sur les
Irois autres militaires sont en for mation sur les coques. Le forma- teur, Mourad, échange avec eux
navires en escale.
ctuellement formés à Djibouti,
Jean-Marc TANGUY
Le port d’Abidjan sapprête à rapatrier Barkhane
Les pousseurs « Loup » et « Sar » livrés à Toulon Deux pousseurs de 6 tonnes produits par le chantier Gléhen ont été livrés àla base navale de Toulon. Ces embarcations de 10 mêtres déplacent 27 tonnes et peuvent atteindre 8 noeuds. Ils servent aux maneuVres portuaires et au transport des lamaneurs. Il s’agit des quatrieme et cinquième d’une série de sept navires. Selon le ministère des Armées, ce contrat notifié fin 2017 a généré 17 emplois sur la durée du projet. Construits à Douarnenez, ils avaient d’abord été livrés àla base navale de Brest où ils ont été embarqués sur un navire logistique semi-submersible pour leur convoyage dans le Var.
nantaise. Celle-ci assure déja plu- sieurs routes maritimes toute l’an- nee, vers le Pacifique et la Guyane, pour amener des matériels neufs et ramener des matériels usagés
Comme en 2014, lors du dé- montage de l’opération Serval au Mali, le camp militaire français et le port d’Abidjan, en Côte d’lvoire, s’apprêtent à devoir prendre en compte un surcroit de fret après l’annonce de la réduction de for- mat de l’opération Barkhane. Les mandeuvres devraient intervenir à
ou réquisitionnés alleurs.
Autre option pour l’êtat-
major des armées, faire appel à sa propre flotte stratégique, à travers les trois porte-hélicoptères amphi- bies (PHA) qui viennent régulière- ment en mission dans le golfe de Guinée dans le cadre de Corymbe. Avec près de 900 véhicules et des milliers de conteneurs mari times de matériel déployés dans le cadre de Barkhane (dont une partie restera sur place), l’opéra- tion prendra du temps. C’est le po-
Schiebel remporte un nouveau contrat avec I’Emsa Le fabricant de drones aériens autrichien Schiebel a reçu fin mars de TEmsa (Agence européenne de sécurité maritime) un contrat de services de 16,5 millions d’euros. Schiebel précise qu’une mission de traque de soufre dans un port nécessite un système Camcopter (une station de contrôle et son drone) capable de voler « jusqu’à dix heures» avec une charge utile de 34 kg. Schiebel a gagné son premier contrat avec ‘Emsa en 2018. Il équipe aussi la marine française avec trois systêmes, affectes à des porte-hélicoptères amphibies.
partir de juillet.
Le fret urgent est rapatrié par des avions gros porteurs, mais peu nombreux et coûteux. Le
moins urgent quitte le Mali, tra-
verse le Burkina Faso pour re- joindre Abidjan avec des convois gérés par l’armée et Bollorê. La, deux solutions: intégrer les cales et le pont des navires afretes de l’etat-major des armees, qui tra- vaille avec la Compagnie maritime
Safran équipera les Falcon 50M et Albatros Safran a confirmé avoir gagné le marché de l’équipement en tourelles optroniques Euroflir 410 des huit avions de surveillance maritime Falcon 50M et douze Albatros. L’Euroflir 410 équipe déjä, dans la marine, les seize hélicoptêres de combat Panther et a été sélectionné pour une partie des douze Dauphin loués pour dix ans et les quatre futurs H160 neufs. En revanche, c’est une boule américaine L3Harris qui équipe les ATL2 et ATL2 rénovés de patrouille maritime.
litique qui dictera le rythme.
J.-M. T.
lemarin.ouest-france.fr

6
REPORTAGE
Jeudi 8 avril 2021 lemarin
sAN
CONSLIS BONNA SABLA
Cette cale, au port de Lézardrieux, a été prolongée. Elle sera donc utilisable par les usagers du port lors de plus larges plages horaires.
Ailes marines s’installe à Lézardrieux
Dans la perspective de la construction de ses éoliennes en baie de Saint-Brieuc, Ailes marines termine la réalisation de sa base arrière, sur le port de Lézardrieux et dans une zone d’activités toute proche.
ans la salle, deux grands écrans au mur, des ordinateurs par tout, des hommes qui S’affairent sur leurs
Faute d’accord pour s’établir à Kerantour, à Pleudaniel. Elle y a fait
Saint-Quay-Portrieux, qui est plus proche du futur parc éolien en baie
taller un entrepöt de 750 m2 et
de Saint-Brieuc, cest ici que la fi liale d’lberdrola s’installera, pour
claviers. Tout le monde parle an- glais, l’ambiance est concentrée. Un homme veille sur tout ce qui se passe, masque noir sur le visage. Cette fin février, les autres salles du bâtiment, en cours de finitions, sont encore vides. « Les bureaux seront livrés la semaine pro- chaine », explique Gaël Goujon, in- génieur chez Ailes marines, qui su- pervise le chantier d’installation à
1 000 m2 de bureaux modulaires.
C’est ici, au premier etage, que se trouve la salle de cOordination
la durée de limplantation des éo- liennes en mer, soit trois ans.
maritime. L’homme au masque noir, le britannique Bill Sharpe, a ete embauché comme lead marine cOordinator, un métier qui n’existe temporaire d’occupation (AOT), donnerons les mouvements de
Elle se répartira sur deux sites, en réalité. Sur le petit terre-plein du port de LézardrieUx, où Ailes ma-
pas encore en France, « 24 heures rines lispose d’une autorisation sur 24, explique-t-ll, nous coor
accordée par le département des Côtes-d’Armor. Et, 4 km plus loin, ‘entreprise a acheté à Lannion Trégor communauté deux par- celles dans la zone d’activité de
tous les navires et de tous les per- sonnels, sur l’ensemble du parc éolien. » Bill Sharpe a déjä exercé
Lézardrieux (Côtes-d’Armor).
ce métier dans 13 parcs éoliens, en Grande-Bretagne notamment.

7
REPORTAGE
lemarin Jeudi 8 avril 2021
La panne n° 3 du port de plaisance a été entièrement refaite et dispose d’un nouveau poste d’avitaillement.
Le ponton lourd, en cours de construction sur la photo, est aujourd’hui terminé. Il se situe au bout de la panne n° 3. Au premier plan, Gaël Goujon supervise
le chantier portuaire.
Masque noir sur le visage, Bill Ssharpe coordonnera la construction du parc.
A Saint-Nazaire, ajoute-t-il, ce sont des Anglais qui exercent ce métier. » Dans les Cötes-d’Armor, tormera les premiers coordina- teurs français, qui tiendront à l’oeil tout ce qui se passe sur le parc.
des cas (pleine mer de vives eaux, plus surcote due au vent).
personnes intervenant sur le site embarqueront, pour s’y rendre, par la panne n 3, qui a ete en- est en place, cachee dans un tiėrement refaite. ». Au bout de
TSM
La cuve à fuel de 50 000 litres
C’est l’entreprise Thomas services maritimes, de Brest, qui fournira les CTV, des catamarans de 24 metres pouvant transporter 26 techniciens et 10 tonnes de matériel.
Conteneur maritime. ll y aura un pe-
100 mêtres de long est en cours
Les navires sont suivis par« Et sur le quai, ici, une grue de AIS, explique Bill Sharpe. Et nous 3 tonnes et 20 métres de haut, communiquerons avec eux par montre Gael Goujon, pourra char- VHF. » « Ailes marines a installé une liaison internet vers les relais VHF de Paimpol et de Plévenon, ajoute Gaél Goujon, ce qui per- mettra de communiquer directe
de construction. Ces equipements portuaires, financés par Ailes ma-
rines, resteront bien évidemment au port de Lézardrieux.
ger le petit matériel sur les CTV (NDLR: crew transfer vessels). Les
Avril
Anne KIESE
Initialement prévue en mars, la mise en service de ces nouveaux équipements est décalée à fin avril ou début mai.
ment en VHF depuis la salle de coordination. »
Sur le port de Lézardrieux, les travaux vont bon train egalement sur le quai sablier. « L’AOT im- plique que toutes les installa- tions sur le terre-plein du port se- ront demontees quand Ailes ma- rines quittera les lieux, précise Gaël Goujon. Les bátiments mo- dulaires seront retirés, de même que les bases en béton. » Tout est surélevė d’un peu plus d’un métre, pour être hors d’eau dans les pires
Budget
TD
Les travaux maritimes du port de plaisance sont finances par Alles marines a hauteur de 2,5 millions d’euros.
Des bâtiments préfabriqués ont été installés sur la zone de Kerantour, à Pleudaniel, à 4 km de Lézardrieux.

lemarin Jeudi 8 avril 2021
Les coopératives ne lâchent pas Brittany ferries
SHIPPING
9
La restructuration financière est en route chez Brittany ferries pour faire face à deux années très délicates.
e marteau du Brexit et l’enclume de la pandé- mie font la vie dure à Brittany ferries qui, re- connait le président de son conseil de surveillance Jean-
Le patron de Brittany ferries évoque néanmoins un besoin de fonds propres qu’il estime « à hauteur de 50 millions d’euros». L’actionnaire historique de Brittany ferries, la Sica de Saint-Pol-de- Léon, « ne pourra pas faire seule cette
Jear
Marc Roué vo
perte de 220 millions d’euros sur
se
ontée a
de
50 millions d’euros, précise Jean Marc Roué. Mais la Sica, comme les autres coopératives, partici- pera a la restructuration finan- cière. Les actionnaires histo- riques doivent conserver la ma- Jorité»
L’année 2020 a été catastro- phique avec un trafic passa- gers réduit des deux tiers et un chiffre d’affaires passé de 469 à 202,4 millions d’euros (lire « le ma- rin» du 25 mars). Et l’année 2021 s’annonce « Compliquée», sous réserve d’une reprise du trafic passagers mi-mai. Brittany ferries conserve néanmoins une trés0- rerie « Significative », selon Jean- Marc Roué pour qui il n’est pas question de cessation de paie-
Activite partielle
Jean-Marc Roué estime que Brittany ferries a besoin de 50 millions d’euros de remontée de capital.
Outre la prise en charge par T’Etat des charges salariales des navigants pour cet exercice bud- gétaire (15 millions d’euros) et pro- bablement le suivant, d’autres sou- tiens publics sont acquis. Un ac- cord d’activité partielle de longue durêe pour environ 19 millions
marins du grand ouest. Brittany fer- ries emploie 2 500 salariés, dont 1 600 navigants.
ments.
Une subvention au ferroutage de 20 millions d’euros pour la mise en place de la ligne Bayonne Cherbourg est egalement dans les tuyaux.
Le Comité interministériel de res- tructuration industrielle (Ciri) tra- vaille depuis septembre sur le meil- leur moyen de soutenir la compa- gnie. Il n’a pas encore rendu ses conclusions, avec l’attente d’un accord de la Commission eu ropéenne d’ici le mois de mai. L’entrée au capital de partenaires financiers publics (BPI France, Caisse des dépôts et consignation et sa filiale Banque des territoires)
d’euros est bou
cle
Devant les sénateurs, la ministre de la Mer Annick Girardin a évo- qué le refinancement sur 15 ans de l’essentiel du prêt garanti par ‘Etat de 117 millions d’euros ac- cordé en 2020. Mais, pour Jean- Marc Roué, il s’agit uniquement d’un « levier potentiel ». Le patron de Brittany ferries affirme aussi n’avoir aucune certitude quant à
a été signé par la CGT le 6 avril, faisant pencher la balance en faveur de ce texte déjà paraphé par le syndicat maritime Bretagne Océans CFDT et la CFE-CGC. « Cet accord devrait empêcher tout licenciement sec pendant les trois prochaines années », se- lon un communiqué de la CGT des
Réorganisation. Brittany ferries a de son côté annoncé un plan visant, par « 50 mesures de reorganisation de services, àréduire de 15 à 18 millions d’euros par an ses coûts opérationnels.
fait partie des discussions.
DFDS lance un service de fret
non accompagné entre Calais et Sheerness
Ce nouveau service quotidien de DFDS entre Calais et le Royaume-Uni débutera le 1″ juin et sera assuré par le Gothia Seaways, roulier de 183 mètres de long avec une capacité de
can liaison, qui
e fret. CettveC
t:12
est une nouvelle aubaine pour le port français qui joue la carte du non accompagné, « Ce nouveau service Sintegrera partaitement auX autoroutes ferroviaires provenance d’ltalie, d’Espagne et du sud de la France », a declare Jean-Marc Puissesseau, président de la Société d’exploítation des ports du détroit.
en
Brodosplit lance un nouveau projet de paquebot rêsidentiel Après un premier projet annoncé en 2020, qui avait capoté au bout de quelques mois, le constructeur croate Brodosplit a étê sélectionne pour un second projet de paquebot résidentiel par des investisseurs américains. Il s’agit d’un navire un peu plus petit que le précédent Njord (290 mètres). Le Narrative doit mesurer 228 mêtres de long et accueillir 627 passagers proprietaires de leur
A
un possible abandon de créance
de 10 millions d’euros de l’Ademe dans le cadre du financement du ferry Honfleur, dont Brittany ferries sest detait en cours de construc-
tion.
Thibaud TEILLARD,
avec Lucie LAUTREDOU
appartement. Dans le monde, seul le paquebot The World occupe ce créneau. ll mouille actuellement dans les iles Canaries.
Un caboteur à ‘hydrogène et au vent pour la Norvëge Le cimentier allemand HeidelbergCement et le distributeur norvegien de produits agricoles Felleskjepet agri ont sélectionné l’armateur norvégien Egil Ulvan Rederi pour faire Construire et exploiter a leur profit un fréteur à zêro émission. Ce navire de 88 mètres de long, destiné à faire du cabotage entre l’est et l’ouest de la Norvêge avec des chargements d’agrégats dans un sens, des cereales dans autre sens, sera propulse par le vent grace à des mats rotors et par Ihydrogene via un moteur a combustion. II n’émettra donc ni C02 ni d’autres gaz a effets de serre. Le chox du chantier na pas encore ete determine.
répond à la demande croissante de services de
tre le Royaume-Uni et le continent,

10 SHIPPING
Jeudi 8 avril 2021 lemarin
Philippe Corruble, professeur à l’Institut catholique de Paris et avocat chez Stream, a publié un ouvrage (1) qui fait le point sur le droit européen applicable au transport conteneurisé, ainsi que sur les règles de gestion des grands ports. Il analyse un marché quia largement changé en quelques années.
Les alliances sont nécessaires mais il faut les réguler
Quelle est votre analyse de l’évolution du shipping conteneurisé ?
L’incident de Suez montre à nou- veau le caractère indispensable du transport maritime conteneu- risé sur notre vie quotidienne. Le canal bloqué a électrisé de nom- breuses filières associées. Aprės de nombreuses fusions-acquisi- tions et le regroupement des ar mateurs au sein de trois grandes alliances, le marché a beaucoup évolué. Le nombre d’acteurs s’est resserré afin de mettre fin aux sur- capacités. La conséquence est aussi que le rapport de force, au- trefois en taveur des grands ports,
bas
a l
au profit des armateurs
regroupés en alliances mondiales. Le droit d’un seul pays n’est plus
en mesure de réguler ce marché.
Le contrôle des autorités de la
concurrence, en Europe, aux Etats-
Unis, en Chine notamment, est de- venu essentiel.
Elle pourrait donner lieu à des en- quêtes des autorités de la concur rence afin de déterminer si ces
Est-il suffisant et adapté ?
hausses tarifaires sont seulement la consêquence normale d’un ef- fet de marché. Mais attention, sans
Les outils ne sont pas toujours suf- fisamment adaptés à la mondiali- sation de l’activité maritime comme
presager de leurs conclusions!
à son intégration verticale vers les tique terrestre, que les armateurs triser. l y a des divergences entre
Les armateurs réunis en alliances ont bénéficié du renouvellement, en 2020 de l’exemption des règles de concurrences europeennes. Une bonne décision ?
terminaux portuaires ou la logis-
essaient de plus en plus de mai-
les différentes autorités de regula- tion. Les acteurs mondiauUx, peu nombreux, savent jouer de ces dif- férences. Les règles européennes
Cet accord a été renouvelé, selon moi, sur des bases inadaptées et obsolêtes, sans traiter les vrais pro- blėmes. La part de marche va sou- vent excéder le seuil prévu, ce qui rend cette autorisation en partie inapplicable. Elle crée méme une insécurité juridique car les arma- teurs doivent pratiquer une autoe- valuation de leurs parts de marché. Une sorte de pari qui ne les assure
ne sont pas parfaites mais ne Concurrence est le meilleur outil ju- rer une régulation des echanges
sont pas à négliger. Le droit de la ridique dont on dispose pour assu-
mondiaux.
cOup des considêrations qui sont taites.
L’Europe n’a-t-elle pas assez pris en compte les intéréts portuaires face a celui des armateurs, comme le pense l’ITF ?
Jai passé en revue 20 ans de déci- sions européennes concernant la relation mer-terre, via les ports. Je pense que I’Europe n’a pas ete as- sez vigilante, notamment par rap- port auX Etats-Unis, tant la pres- SIon sur les acteurs portuaires est devenue importante. Faire baisser les tarifs portuaires grace au poids economique d’une alliance est rl- goureusement interdit outre-At lantique et beneficie au contraire d’une certaine mansuétude en Europe. Les autorités européennes tolèrent l’intégration verticale sans voir qu’un armateur, ou un groupe- ment, peut favoriser un port oùil dispose de ses propres interets.
«Le rapport de force, autrefois en faveur des ports, a basculé au profit des armateurs regroupés en alliances. »
Mais les armateurs ne se sont-ils pas toujours associés?
Que faut-il changer, notamment pour les ports français ?
Oui, en économie de la mer, les ex editions Sont traditionnellement Le rapport récent de lInstitut menées en commun. l n’y a rien de choquant à ce qu’un armateur transporte les marchandises de son concurrent. Ces alliances sont nécessaires mais il faut les réêguler, surtout quand la coopération im- faut garantir la pérennité de l’inves- plique une transparence quasi-to- tale avec les concurrents, avec des Consequences Sur la politique ta- tains operateurs sur leurs habi- rifaire. La régulation par les régles tudes. II faut maintenir une concur- de concurrence assure de conser rence interne a l’espace portuaire ver la boussole de lintêrët général. sur toute la chaine de transport, le
Montaigne sur laxe Seine rédige par Pierre Sallenave laisse entre- voir qu’une application plus com- plete des regles de concurrence peut étre favorable à nos ports. II
tissement privé tout en veillant ce quil ny at pas un repll de cer
navire mais aussi le lien avec I’hin- terland.
Etes-vous d’accord avec les travaux d’Olaf Merk et de I’international transport forum de l’OCDE qui trouvent que les avantages accordés aux grands armateurs sont excessifs ?
Propos recueillis par Thibaud TEILLARD
(1)« EU Competition law appli- cable to liner shipping and sea-
La situation actuelle de forte hausse des tarifs du shipping conteneurisé doit-elle être étudiée de plus près ?
Je suis de prés ces travaUx et je suis assez d’accord avec beau
ports». Eaitions Bruylant (Larcier).
pas d’etre proteges.

le marin Jeudi 8 avril 2021
Trois vérificateurs pour le label
Green marine Europe Le label issu d’un partenariat entre Alliance verte et la fondation Surfrider veut s’imposer en Europe avec trois experts français.
mateurs (Brittany ferries, Corsica linea, Genavir, La Meridionale, Orange marine, Ponant et Socatra) en octobre. La deuxieme annee d’autoévaluation est en train d’étre bouclee avec annonce des lau- réats en Juin.
vaillant pour le compte du jeune la- bel. Marie Sciboz a déjä mené une premiere mission chez Genavir a Brest, avec Benoit Guillou.
Marie Sciboz, hydrographe de 32 ans qui a quitté Louis Dreyfus armateurs pour devenir géêrante de sa societe d’expertise et de re- cherche sous-marines, Ceres, est la derniere recrue de Green marine Europe. Elle a rejoint le Marseillais Nicolas Carion et le Sétois Benoit Guillou, tous deux experts ma- ritimes, comme vérificateur tra-
Huit criteres
Pour exporter son modéle nord- américain, le label québécois Alliance verte s’est rapproché de la fondation Surfrider Europe. Le la- bel a démarré au printemps 2020 et a labellise sept premiers ar
«Huit critères sont retenus, avec une note de 1 à 5, explique Marie Sciboz. Un armateur lau- reat se tait verifier tous les deux ans avec necessite que l’un des huit criteres augmente d’un nl- veau. » Le niveau 2 au moins pour tous les critêres doit étre atteint à terme. Green marine evalue le bruit sous-marin, les emissions, la ges- tion des eaux de ballast, des ma- tières résiduelles ou encore le recy- clage des navires. D’autres criteres seront certainement mis en place. Le principe ? Un armateur qui souhaite, sur la base du volontariat, être labellisé fait un autodiagnostic de sa flotte que les vêrificateurs ont pour mission, dans le cadre d’un
min-audit, de valider ou non.
Les trois experts français vont constituer l’êquipe de base en 2021, avec competence sur toute T’Europe. Le label, qui est sou- tenu officiellement désormais par T’Ademe, espére ensuite elargir son équipe atravers d’autres pays. Thibaud TEILLARD
Marie Sciboz est l’une des trois vérificateurs du label Green marine Europe, avec Nicolas Carion et Benoit Guillou.
SHIPPING
13
11
MSC, n° 2 mondial du
conteneur a commande
13 navires néopanamax
de 16 000 EVP dans deux chantiers chinois de CSSC. Une commande estimée a
1,6 milliard de dollars, pour une livraison à I’horizon
2023-2024.
Fusion des spécialistes des tankers Diamond S
et International seaways
International seaways et Diamond S shipping, deux specialistes americains du transport maritime de brut et de produits petroliers, ont annonce le 31 mars leur projet de fusion. Le futur geant des tankers opérera 100 navires, parmi lesquels deux unites flottantes de stockage, les FSO Africa et FSO Asia, détenues å 50 % aux cótes d’Euronav. Il comptera 2 200 salariės, pour un chiffre d’affaires de plus d’un milliard de dollars.
en compte la situation des ma
ecrit fin mars au ministere, deman- dant a ce que « tous les membres d’équipage, quelle que soit leur
rins employés sous contrats in- dence, travaillant à bord de na- vires operant régulierement entre les ports européens, quel que
nationalité ou leur lieu de rési-
néral mais, probablement faute de ventilation entre son debarquement en Jamaique et sa montée dans l’avion, il a perdu une grande partie de sa capacite puimonaire.
Instaurer un salaire minimum dans les eaux européennes peut il freiner l’employabilite des ma- rins à linternational ? C’est une des questions posees par les ne- gociations qui ont lieu actuelle- ment avec la Commission euro- péenne, visant a garantir des « sa- laires minimums adéquats» dans tous les metiers. « La concurrence dans le marché unique devrait re- poser sur l’innovation [et sur] des normes sociales elevees», espere la Commission européenne. Or, pour l’Etat français, le secteur ma- ritime doit être exclu de cette pro- position de directive. « L’exclusion des gens de mer vise à prendre
ternationaux », précise le cabinet de la ministre de la Mer. Inclure les marins ne ferait qu’exacerber la concurrence entre pays euro- péens, certains ne disposant pas de salaire minium ».
soit le pavillon du navire, doivent se voir accorder des conditions
[de travail] europeennes ».
Cet argument, partage par de sure sapparente a du dumping «travailant dans les eaux eu-
ETF qui estime que la me-
sOcial, souhaite que les marins
nombreux représentants d’arma- teurs et soutenu par la Gréce, a sou- levé l’opposition de la Federation europeenne des travailleurs des transports (ETF). Au nom de la
ropéennes [soient traités de la meme maniere que les travail- leurs terre». Pour la CFDT, la po-
sage particulièrement inadapté à
CFDT, de la CGT et de FO, ETF a Sition du ministére est un « mes- l’aube du Fontenoy du maritime ». Hélène SCHEFFER
Gazocean: tests négatifs à bord du « LNG Unity» Le premier des deux tests PCR de l’équipage du LNG Unity arme par Gazocean s’est révele negatif. Le navire devait qutter la rade de Fort-de-France le 7 avnil pour poursuivre son voyage entamé à Lake Charles via Panama. Le marin philippin débarque a Kingston et rapatrie par avion á Fort- de-France est en bon état
Les marins exclus des normes minimales sociales européennes?
Plus d’informations Sur lemarin.ouest-france.fr

12 SHIPPING
Jeudi 8 avril 2021 lemanin
Les activités shipping de Total en net recul
En 2020, dans le contexte de la crise du coronavirus, les volumes de pétrole acheminés par Total ont fortement baissé. La flotte de tankers du groupe a legèrement augmenté. Tout comme celle de méthaniers.
-15 %
an plus töt. Quatre navires neufs devraient la rejoindre cette an- nee. Ces chiffres ne prennent en compte ni la filiale norvé- gienne Total E&P Norge (qui af- fréte deux méthaniers), ni des pro- jets de production de GNL tels que Yamal LNG, Nigeria LNG ou Angola LNG, dont Total est par tenaire et qui disposent de leur propre flotte. Par ailleurs, le groupe recourt aussi au marche spot pour le transport de GNL.
La baisse des volumes de pétrole transportës par le shipping de Total en 2020. nécessaires å l’activité de la major,
lors que les marchés
culé de 15 % l’an dernier. lls sont pétroliers ont éte três tombés à 119 millions de tonnes, affectés en 2020 par contre 140 millions en 2019, in- la crise du covid-19, les dique le rapport annuel du groupe.
volumes de brut et pro- duits raffinés transportés par la di- VISIon shipping de lotal ont re-
Au total, le shipping, qui est a réalisé 2 750 affrètements l’an
chargé d’assurer le transport mar- time de brut et produits pétroliers
dernier, soit 8 % de moins qu’en
Total insiste, dans son rapport annuel, Sur ses efforts pour ver- dir ses activités de transport mari- time. Depuis début 2020, Total a rejoint la coalition Getting to zero, qui entend contribuer aux objectifs de décarbonation fixés par l’Orga- nisation maritime internationale. Le groupe sest aussi joint a linitiative Sea cargo charter, visant à mesu- rer de maniere transparente les re- jets de CO, du shipping. Il a enfin rallié le centre Maersk Mc-Kinney Møller pour la recherche de solu- tions décarbonées dans le trans-
A fin 2020, la flotte de tankers af- frétée à temps par Total compre- nat 58 navires, un de plus qu’un an plus tot, avec un nombre de trans- porteurs de GPL (gaz de pétrole li- quéfiés) passé de 9 à 10. Total a par ailleurs signé en 2020 des ac cords pour affréter deux VLCC (very large crude carriers) et quatre aframax au GNL. Ces navires neufs doivent rejoindre sa flotte à partir de 2022. Parallélement aux affrėte ments a temps, le shipping recourt au marché spot pour satisfaire ses besoins de bateaux.
EAGLE LYON
port maritime.
Quatre méthaniers neufs en 2021
Carole LANZI
Affrètements. La branche shipping a réalisé 2 750 affrètements en 2020, soit 8 de moins qu’un an plus töt.
A fin 2020, la flotte de tankers affrétée ätemps par Total comprenait 58 navires.
Dans le transport de GNL, Total disposait àfin 2020 d’une flotte de 16 méthaniers, contre 15 un
Zeebrugge LNG a accueilli un nombre record de navires
Malgré le contexte du covid-19, le terminal belge zeebrugge LNG de Fluxys a reçu un nombre re- cord de méthaniers en 2020 avec 172 navires, contre 130 lors du pré-
à zeebrugge vers des méthaniers Conventionnels. Autre premiere
en septembre 2020, un conteneur a ete rempli au terminal pour un client en vue de son transport par voie ferrée.
den
de déchargements a pourtant di- minué, a prêcisé Fluxys. Mais la so- Ciéte basée en Belgique a bénéfi- cié du démarage, fin 2019, du cin- quième réservoir de stockage du terminal et des installations de pro- cess connexes dêvolus à des ser
Pour ce qui est du nombre de
chargements de camions-citernes
il a crù de plus de 20 % l’an der-
nier, atteignant près de 3 200.
Fluxys peut aussi se féliciter du Succes de sa derniére « open sea- Son organisee pour Zeebrugge
vices de transbordement.
LNG,
Le contrat à long terme conclu en 2015 avec Yamal trade a ainsi pu entrer en application, avec un premier transbordement en dé- cembre 2019. En vertu de ce contrat, des méthaniers brise glace venant du terminal de liqué- faction russe Yamal LNG (dont Total est lun des partenaires) peuvent venir transborder du GNL
des 6millions de tonnes par an propo-
sees ont ete souscrites. Du coup, elle a pris la décision finale d’inves-
tissement pour la construction de nouvelles capacités de regazéifi- cation. La totalité des 6 Mt/an ad- ditionnelles devrait être disponible début 2026, 4,7 Mt/an devant l’être
dès début 2024.
C. L.
Zeebrugge LNG a accueilli 172 navires en 2020,

le mann Jeudi 8 avril 2021
SHIPPING 13
Elengy veut relier ses terminaux GNL au rail
Connexion au rail, bio-GNL, e-méthane, pyrolyse: Elengy travaille sur de nouvelles solutions susceptibles d’être déployées à court, moyen ou long terme sur ses sites.
2023
de recherche d’Engie, un procédé de microliquétaction sur son termi- nal de Montoir-de-Bretagne (Loire-
Atlantique).
lengy réfléchit à une série de nouvelles so- lutions pour ses ter-
des trains. En mars, la filiale de GRTGaz (elle-mėme filiale d’Engie)
Du biogaz produit à Marseille
Parallèlement, elle réfléchíit, aux cotés d’une société produisant du biogaz a partir de dechets a Marseille, à la possibilité d’épu- rer puis de liquéfier ce biogaz en
à partir de déchets pourrait être quefie a I’horizon 2023.
a teste a Fos Cavaou, avec Total, le chargement sur un train d’un conteneur de GNL parti alimenter une station en ltalie, pres de Milan.
minaux. Parmi elles
connecter au rail ses installations, ou seraient remplis en gaz naturel liquéfié (GNL) des ISOConteneurs charges ensuite sur
CGM et Tons de soutagaz Total seraient intêressés.
tien de la région Provence-Alpes- ritime de Marseille.
Une premiere au depart d’un de ses terminaux, realisee avec le sou-
and port
A plus long terme, Elengy envi- sage de produire de l’e-methane
Nous aimerions pouvoir com
mencer une activité de transport par train début 2022 », précise Giuseppe Spotti, directeur stratê gie et developpement commercial d’Elengy. La validation de la solu- tion sur les plans technique et éco- nomique contribuera ensuite à la décision finale d’investissement concernant le projet de stockage
(obtenOnant de I’
(obtenu par électrolyse de l’eau en utilisant de l’ênergie renouvelable)
et du dioxyde de carbone. Ce Co, pourrait provenir d’industriels et de la production de bi0-GNL. Les ter- minaux d’Elengy pourraient ainsi être dotés de cuves de CO, dont une partie serait exportée en vue
la elchstett qu’étudie la société aux côtés de
La societe mene également des travaux de recherche sur les pro-
cédes de pyrolyse du méthane, qui permettent d’obtenir de l’hy- drogene avec, pour coproduit, du carbone solide. Ces procedes émettent de la chaleur, que pour- ralent exploiter les terminaux GNL.
Liquéfaction de biométhane
Elengy s intéresse aussi à la li- Elengy a l’ambition de tester des technologies de pyrolyse sur l’un
quetaction de biomethane, dans le but de verdir le transport lourd, maritime ou routier. La société teste actuellement, avec le centre
Elengy et Total ont testé, au terminal de Fos Cavaou, le chargement sur un train d’un conteneur de GNL parti ensuite en Italie.
de ses sites.
Carole LANZI
LACTIVITËA BIEN RĒSISTE EN 2020
Dans un contexte français très Cavaou, où deux baies fonc-
difficile l’an dernier, l’activitė des trois terminaux d’Elengy (Montoir- de-Bretagne, Fos Cavaou et Fos Tonkin) a bien résisté. Au total, 157 TWh de GNL y ont été déchar- ges, soit 6,5 % de moins qu’en 2019, tandis que 223 escales de navires y ont ete recensees, contre 250 un an plus töt.
tionnent déjà, la discussion est plus ouverte sur le volume des
nouvelles capacités possibles. »
Seul point noir de l’an der-
nier: alors que le terminal de Fos
Cavaou peut accueillir des micro- méthaniers depuis fin 2019, aucun na encore ete reçu. « Nous pen- sions que cette activité débu- terait en 2020 gråce à des sou tages de paquebots å Marseille
Les chargements de camions- Citernes, aprés avoir crù de 48 %
en 2019, ont encore progresse explique Giuseppe Spotti. Nous de 29 % l’an dernier, atteignant attendons des premieres opéra-
11 149. Par conséquent, Elengy rê- fléchit a une augmentation de ses capacites dapprovisionnement de camions-citernes a Montoir et Fos Cavaou.
tions cette annee.»
Pour 2021, Elengy estime que lactivite devrait etre « assez sou- tenue» dans ses terminaux. Apres
un debut d’annee marque par des
Des decisions seront prises dans prix record du GNL en Asie, ré- L. gion qui a donc attiré beaucoup de cargaisons. « La situation est ment pourrait être ajoutée å celle revenue a la normale, avec un fort taux d’activité de nos termi- naux, se félicite Giuseppe Spotti.
ce sens dans les prochains mois. «A Montoir, une baie de charge
déjà installée, indique Giuseppe Spotti, directeur du développe- ment commercial d’Elengy. A Fos
Le nombre de chargements de camions-citernes a crü de 29 % en 2020 dans les terminaux d’Elengy.
G.

14 SHIPPING Une immersion à 360° pour les pilotes du Havre-Fécamp
Jeudi 8 avil 2021 lemarin
Les pilotes du Havre s’entraînent depuis fin 2020 sur un nouveau simulateur immersif et hyperréaliste de Transas (Wärtsilä), qui allie immersion à quasi 360° et projection au sol gråce à 14 projecteurs.
entement, les quais de Port 2000 défilent, hé- rissés de portiques. Trois remorqueurs ap prochent. A la passe- relle, vitesse affichée: 9 neuds. Les yeux rivės sur les écrans ra- dars, la manette au bout des
1
million
des
Ogts, deux pilotes mentent 1 gauche toute navire déja å quai.
rent à qui comnt avre-Féci
49 pilotes, a investi environ
1 million d’euros dans cette nouvelle version de simulateur.
d’accoster au poste 11, derrière un
A un moment, vous ne savez plus si vous êtes dans la réalité Ou dans la simulation», reconnait T’un d’eux. Ce jour-là, il s’agit d’un exercice, mené en centre-ville, a l’étage du bâtiment où est installé le simulateur dernière génération de la station de pilotage du Havre-
Jacques Saadé, 290 000 tonnes 17 000 m de voilure, avec 25 neuds de vent sud-sud-ouest. Aujourd’hui, pas de croisement de navire programme, ni de brouillard, de grain soudain, de panne ma- chine ou de casse de remorque.
Fecamp.
«Nous fabriquons des scé- narios et les adaptons aux sta- giaires, précise Frédéric Jou Cela va de
Différents scénarios
base de la ma-
L’exercice du jour, qui s’achėvera par un débriefing, a été concocté par Frédéric Jouen, pilote instruc- teur de la station. C’est l’entrée de jour à Port 2000 du CMA CGM
neuvre pour des jeunes pilotes jusqu’au pire des scénarios avec des avaries pour le pilote expéri- menté. » Les modules sont adap- tés à l’expérience du pilote, qui de-
Les modules sont adaptés à l’expérience du pilote, « tous tonnages» au bout
vient « tous tonnages» au bout de siX ans. Le but est de se former et de sentrainer, « avec un fonction- nement souple: un pilote peut ve- nir rejouer au simulateur une ma- neuvre dėjà effectuée en réel».
Depuis peu, un intervenant exté- rieur fait des formations sur la ges- tion des ressources à la passerelle (Bridge resources management ou BRM), autour des facteurs hu- mains. AVeC, a la timonerie, un
La vidéosurveillance synchro- nisee avec de mieux déceler des comporte ments à perfectionner. Autres amé liorations de cette nouvelle version de Transas: limmersion a quasi 360°, contre 170 auparavant, et la projection au sol, gråce à 14 pro- jecteurs contre sept auparavant.
commandant en activité. Un vrai.
Scenario ermet
Natalie CASTEZ
1 500 Le nombre d’heures de formation par an en moyenne, initiale et continue, dispensées au Simulateur de maneuvres.
Un plan de carburants alternatifs pour le transport fluvial sur la Seine
Décès d’un marin lors d’un déchargement ue vehiculesa c ent Un marin turc de 43 ans est décédé dans la nuit du 4 au 5 avril au CHU de Montpellier. ll y avait été transféré en urgence aprés un accident survenu à bord du Sumela Seaways, un roulier opérė par DFDS, Iors du déchargement des véhicules et remorques au port de Sète. L’accident sest produit dans les ponts intérieurs. Le départ du navire, prévu le 4 avril, a été annulé en raison de l’ouveture d’une enquete judiciaire. ll a finalement repris la mer le 6 avril pour ses trois rotations hebdomadaires entre Sète et la Turquie.
Le transport fluvial sur l’axe Seine, appelé a se renforcer ces prochaines annees, s’engage a Son tour dans la décarbonation
que loperateur national de trans-
quid) ou l’Oleo 100, produit à base de colza par Saipol (groupe Avril)
port gazier GRTgaz et la banque des teritoires representant la
et expérimentė depuis six mois sur un bateau de la Compagnie flu- viale de transport (CFT), cherche- ront aussi à se faire une place.
Caisse des dépöts et consigna tions.
progressive de sa flotte avec le lan- cement d’un plan visant la mise en place d’un maillage de distribu- tion de carburants alternatifs entre Paris et Le Havre. Ce programme, d’une durée de deux ans, a été officialisé le 31 mars. Avicafe, pour avitaille- ment en carburants å faibles émis- sions, rassemble l’autorité por tuaire Haropa, Voies navigables de France (VNF), les deux régions Normandie et lle-de-France, ainsi
II s’agit d’établir un diagnos
tic des besoins à la fin 2021 pour aboutir à un guide pratique en
En charge du reseau tluvial tran- çais, VNF rappelle que ce plan euvre en vue du verdissement de la flotte avec déjà 280 projets 14,2 millions d’euros d’aides ver-
2022 Sur les amenagements å réa-complète les mesures mises en liser. Le gaz, sous ses différentes
formes (liquéfié ou comprimé, gaz naturel ou biogaz), est l’une accompagnés pour un total de des options avancées au sein de
l’étude, mais pas la seule.
sees depuis 2018.
L’électricité, I’hydrogène vert ou
Frédérick AUVRAY
encore les carburants liquides a- tenatifs comme le GTL (gas to li-
Sete

lemarin Jeudi 8 avril 2021
INDUSTRIES NAVALES 15
Le norvéégien Vard à l’offensive dans les grands supports éoliens
1
Le constructeur norvégien Vard, via son chantier au Vietnam, veut prendre le leadership dans cette niche des support offshore vessels forte de 36 unités.
Alors que la perspective de commandes neuves
dans la croisiëre semblait
totalement anéantie, l’armateur japonais NYK a signë un contrat avec Meyer werft pour un nouveau paquebot livrable en 2025, pour un montant de 548 millions d’euros. Ce navire de 228,80 mètres de long pour 744 passagers et 470 membres d’équipage sera alimentë au GNL.
Dans l’éolien, la décennie 2010 a commence par une déferlante de petits crew boats de transfert de personnels de maintenance. Depuis 2015 et surtout depuis 2020, les grands support offshore vessels (SOV) ont pris le relais. Avec une jolie bagarre entre les chantiers capables de réaliser ces navires de 70 à 100 mêtres de long pouvant loger 60 à 90 techniciens. Dernier arrive sur le crêneau et benéficiant de son expérience dans l’oil & gas, le norvêgien Vard se montre trés offensif avec quatre commandes enregistrées en un an. Un SOV de 84 mètres pour Crsted à Taiwan, puis un gros contrat de trois unitės (une de 85 mètres et deux de 78 mêtres) pour Equinor
Vard se rapproche de son compatriote Uistein comme premier constructeur de SOV pour le marchë éolier
Deux ouvriers meurent dans un chantier naval russe
Deux ouvriers du chantier naval Pella de Saint Petersbourg ont trouvé la mort le 30 mars, sur le chalutier
Cette flotte de SOV regroupe au- jourd’hui 20 unites en service et va donc quasiment doubler d’ici deux ans. Les constructeurs europeens et turcs ont pris la tëte de cette niche qui se nourrit de la montée en puissance des parcs éoliens de tres grandes puissances dans les
meme que les constructeurs espa- gnols Gondan (2), Balenciaga (2) et Zamakona (2).
Aucun constructeur français n’a encore pris pied sur ce marche. A l’inverse des Chinois. Trois SOv ont deja été livrės par les chantiers chinois Fujian South east (2 na- vires) et Dayang offshore (1) tandis que China merchant a decroche en mars la commande de deux SOV sous propulsion hybride pour le norvégien Awind. La parenthèse de l’entre-soi européen est peut être déjà en train de se refermer.
sine Skorpion du groupe Fest. Pesant 3 000 tonnes, celui-ci a chaviré lors d’essais de ballasts, blessant aussi deux autres personnes. Le Skorpion est le premier d’une serie de deux chalutiers de 61 métres de long et 14 de large, avec une capacité de cale de 1 200 m° de poisson congelé. Mis à l’eau en juillet 2019, il doit être livré cet été.
pour les projets britanniques de
eaux européennes.
Dogger bank.
Navires en construction et en service confondus, ce jeune mar- ché des SOV est aujourd’hui do- miné par le trio norvégien Ulstein (5 exemplaires), Vard (4) et Havyard (4) associé le plus sOu- vent au turc Cemre. Le néerlan- dais Damen (3) suit de près, de
Avec cette nouvelle commande passée le 6 avril auprès de son chantier vietnamien de Vung Tau, Vard prend le leadership sur les 16 SOV aujourd’hui en commande, devant le constructeur turc Cemre
Frédérick AUVRAY
(trois navires) associé à Havyard.
Naviwatt prépare deux navettes pour le Marais poitevin
Le parc naturel régional du Marais poitevin a confirmé, fin mars, la commande de deux ve- dettes fluviales à propulsion élec trique aupres de lentreprise morbi- hannaise Naviwatt. Elles sont des- tinées à stimuler l’offre touristique de navigation sur la Sevre niortaise tout en respectant ce site protégé. Ces embarcations de 13 métres de long pour 4 metres de large se- ront propulsees par un moteur in- board de 10 kW, avec un pack bat terie de 43 kWh rechargeable quai et alimente par des panneaux solaires de 2,6 kWc. Elles pourront, a partir du printemps 2022, embar quer jusqu’à six passagers sur dif- fêrents programmes d’excursions,
Le montant du contrat est estimé à 600 000 euros. « C’est un beau projet qui se concrétise », se ré- jouit Yannick Wileveau, fondateur de Naviwatt qui compte huit sala- riés. Implantée à Arzon, l’entreprise sest associee au chantier vendeen Alubat pour la réalisation de ces
petites péniches amenagees.
Travaillant au monitoring de nombreux bateaux à passagers en vue de leur conversion a l’elec- trique, notamment pour la commu nauté portuaire de Paris, Naviwatt s’appréte également à livrer le Wepro 700, une navette develop- pee en collaboration avec le chan- tier Bord à bord pour l’aggloméra-
tion angevine.
Les deux vedettes seront opérationnelles au printemps 2022.
Bertrand TARDIVEAU
en location.

ALA UNE
Sous les criées,
les prix stagnent et le ton monte
Déjā moyens en 2020, les prix du poisson sont en baisse depuis le début de 2021.
ne rêunion de crise prix moyen, avec de la baudroie
de taille 1 à 3,13 euros. « Avec de telles ventes, 42 000 euros aprės 15 jours de mer, mes marins n’ont
S est te
e mer
7 a
di 7 avril a la ciee du Guilvinec, à linitiative
de patrons de chalu- touché que 1 300 à 1 400 euros tiers hauturiers bigoudens. Lionel de salaire alors qu’ils auraient Morveen, patron du Kertlous, du en percevoir entre 2 000 et
Pendant ce temps, le carburant augmente, les négociations sur les Tac 2021 et les acces aux eaux britanniques traînent en longueur.
et Erwann Gouzien. celui de TAn Triskel, se sont fait les porte-
2500 , avat-il estime (ire sur le- manin.ouest-france.r).
GOe
eurs bi- 22 mare OP I PDR a depuis le
done ievant tin ith ation du
son intervention sur le march cette sorerie de l’OP, indique Thierry Guigue, son directeur adjoint. MaiS il faut bien se rendre compte que les prix d’intervention, ou dix cen- times de plus, c’est un filet de sê- Curite et non des prx de rentabl ite pour les navires. Cela tait trop longtemps que les prix ne déco
marché « Catastrophique »,
spèce. Cela sauve la tré-
Is ont ete rejoints par les respon sables professionnels, dont le pre- sident du comite rêgional des pé hes, Olivier Le Nezet, ainsi que Soizig Le Gall-Palmer, patronne de T’Armement bigouden et pres dente de lorganisaton de produc- teurs Les Pecheurs de Bretagne
oLe nouvel épisode d
confinement n’augure pas d’amélioration du marché à court terme.
(LPDB).
La semaine prêcédente, a lap- proche du week-end de Påques,
ent de fronde au pay
bi-
Les importations à bas prix sont dans le viseur.
gouden n’est pas isolė, et le pro-
plusieurs patrons de hauturiers de T’Armement bigouden, notamment, avalent annonce un retour anticipe de maree, apres avoir pris connais sance aes COurs tres Ds en detDut
blème spécifique de marché sur la lotte, accentué depuis le début de la crise du covid-19 par la ter- (cing chalutiers, dont deux au sein meture des restaurants et des mar- de sa Tiale Armement normand) ches exportaton, non plUs.
menaçatda
ou haic
Morveen avait u ses 19 tonnac de poisson valorisées à 2,20 euros de
lonnais alertaient r des prix généralisée. Plus orien tes vers des espéces destinées å la restauration collective (merlan, maquereau), les chalutiers eta- plois avaient connu un très mau vais mois de janvier, alors quils n’avaient pas encore reçu leurs grande distribution. autorisations pour fréquenter les 6-12 milles du Royaume-uni (ire page 18). Avec le confinement des Hauts-de-France, dès le 20 mars, la légère reprise des cours avait reçu un nouveau coup d’arrêt.
onférence de presse tansn
de matinée le 7 avril au Guilvinec, Olivier Le Nézet et Soizig Le Gall- Palmer ont pointe les importa- tions, qui tirent les priX vers le bas. Et demandé la solidarité réelle de ensemble de la filiére, jusqu’a la
Dans cette période difficile, en appelle a la solidarite de cha- cun au sein de la filière, a indiqué Olivier Le Nézet. Le poisson im- porté doit venir en complément du poisson français, et non l’in- Meme constat en Normandie. verse. » ll a réitëré la revendica- Les niveaux des COurs sont ca- ion, exprimee le 31 mars par les tastrophiques. on vend la peche comites des peches et les O de
Bretagne (ont oo
,u oyed, aOsque avnliuait 30mars Sonhie Leroy. À la fin de la semaine, les matelots ne gagnent plus que 100 á 200 euros la part. » La PDGtations» de TArmement cherbourgeois
d’origine afin de pouvoir faire la différence entre la production des navires français et les impor
Erwann Gouzien, patron du hauturier « An Trikell » {à droite) a reçu le soutien (de gauche à droite) d’Olivier Le Nézet, président du CRPM de Bretagne, de Guy Le Moigne et Yannick Calvez (du comité départemental du Finistère).
Bernard JEGOU
LLLLLLJLLLLLLLILLLLLLLILLLLLLLILLLLLLLILLLLILILIILLLLLLLLLLLLILILLI

ALA UNE
18 Anglo-Normandes: les régimes provisoires prolongés jusqu’à la fin juin
Les régimes provisoires d’accès aux eaux de Guernesey et de Jersey, qui expiraient respectivement fin mars et fin avril, ont été prolongés. Mais rien n’est réglé.
729
Jeudi 8 avril 2021
lemarin
C’est le nombre d’autorisations delivrees a des navires français
lement mensuel.
Quel nouvel accord en baie de Granville?
de 12 métres, traçables par VMS, Jersey assure pouvoir delivrer cou- rant avril des autorisations défini- tives, sans nécessité de renouvel-
es pecheurs normands d’accès aux eaux des bailliages et bretons autorisés à pë cher dans les eaux des
de Guernesey (y compris les pa rages de Sercq et Aurigny) et de Jersey, deux entites dépendant de la Couronne britannique mais qui n’etaient pas membres de T’Union européenne, sont des cas spéci Tiques, differant tous deux de l’ac- cés a la zone économique exclu- sive (ZEE) et aux 6-12 milles autour du oyaume-Uni.
pour pecher dans la ZEE du Royaume-Uni. Elles courent Jjusqu’au 31 decembre 2021.
dernOnt d 0-Norm
le dernier moment pour être fixés. Ce n’est que le mercredi 31 mars que leurs responsables ont eu confirmation que les autorisations de péche etaient prolongees. Mais seulement de quelques mois, et avec des modalités différentes, comme l’a rappelė le communi- qué diffusé dans la soirée par la ministre de la Mer, Annick Girardin. Depuis le 1″ janvier, les rêgimes
La prolongation jusqu’au 30 juin ne concerne donC que les moins de 12 mėtres, pour lesquels les né- gociations se poursuivent Sur les
tion d’accès pendant trois mois, demande aux armateurs de rem- plir un formulaire de renOuvelle- ment chaque mois.
critères à retenir pour les antério-
rités.
Pour les eaux de Jersey, qui re-
L’accord trouvé in extremis ne donne donc toujours pas une
Pour Guernesey, les Français levaient depuis 2010 de l’accord de la baie de Granville, il y avait depuis janvier 344 autorisations temporaires, valables jusqu’au 30 avril. Pour les navires de plus
conservent leurs temporaires, qui devaient expirer le 31 mars. Mais le nouvel accord provisoire, Sil prolonge l’autorisa-
167 autorisations
grande ViSibilite. Annick Girardin assure qu’elle « défend notam-
ment, pour Jersey, le rêtablisse- ment des grands équilibres dé- finis dans l’accord de la baie de Granville ». Mais il semble d’ores et déjà certain qu’il y aura moins
de 344 autorisations.
Bernard JEGOU
VMS. Des droits d’accès
pour les 6-12 milles britanniques ont ete obtenus pour 89 navires. Mais les divergences
demeurent sur les preuves d’antériorité des moins de 12 mètres, qui n’ētaient pas tenus à l’enregistrement de leurs positions (VMS).
2016. Le Royaume Uni tente d’imposer des
conditions restrictives à l’accès des navires entrēs en flotte aprês 2016.
Les bulotiers de la baie de Granville ont obtenu un nouveau report.
Les négociations sur les Tac 2021 s’éternisent
l’année 2021 serait trouvé avant la fin mars. Puis avant le week-end de Paques. Si les négociations ont repris des le lundi5 avril, les cond-
tains de leurs petits souS-quo-
ministres, les 22 et 23 mars, les Etats membres de r’UE ont certes, adopte un « plan de contingence, C’est le terme consacré, qui fixe des lac jusqua la fin juillet.
qu’espérait Ou voulait croire le commissaire européen charge de la pêche, Virginijus Sinkevicius, les négo- Ciations entre l’Union europeenne et le Royaume-Uni restent blo- quees concernant la fixation de to- taux autorises de captures (1ac) pour 2021, pour la centaine de stocks partagés entre les deux par- ties. Lors du dernier conseil des
ce
tas, comme celui de chinchard, fermé le 1e » avril. « Nous n’avons
pas de visibilité sur le quota de- Tinitit pour cette espece, indique Yves Foezon, son directeur. Au- delá de ce cas, nous ne pouvons
tions d’un accord semblent encore En attendant, certaines or ganisations de producteurs
loin d’étre réunies.
Mais la Commission avait alors
assure que ce delai, large sur le papier, serait avant tout un signal
pas conclure des echanges aux
quels on procédait ces dernières B. J.
doivent jongler. Les Pêcheurs de
politique aux Britanniques pOur ne
années. »
Bretagne, par exemple, ferment ré- promettait qu’un accord pour toute gulierement, par précaution, cer-
pas negocier sous la pression. Elle

PECHE&CULTURES MARINES 19
emain Jeudi 8 avril 2021
Nouveau syndicat pour la pëche artisanale
2022
Le Syndicat national pour la défense de la pêche artisanale, Ie Synadepa, créé en fin d’année 2020, veut pallier les carences des comités régionaux.
Cette structure entend égale- ment« mettre en réseau les expe- riences de chacun » afin de trou- ver des Solutions aux problémes que rencontrent au quotidien les pecheurs artisans et « engager des procédures judiciaires collec tives» sur certains sujets, explique Pierre Morera, sans vouloir en dire davantage.
Un arrêté paru au « Journal officiel » du 3 avril prolonge la durêe du plan d’aide aux pecheurs en eau douce jusqu’au 1″ septembre 2022. Mis en place en décembre 2018, il devait se clore le 1 septembre 2020. L’arrêté prend aussi en compte la renaissance du ministère de la Mer, compétent pour certaines pêches exercées en estuaires par ces pêcheurs.
Défendre les intérêts des pê- cheurs et « faire baisser la pres sion de l’administration », Ce sont les missions que s’est fixé le Syndicat national pour la de- Tense de la péche artisanale, le Synadepa, crée fin 2020. « Nous voulons supprimer le pouvoir dis- crétionnaire de l’administration, alors quand un texte sera sujet à interprétation, nous ferons un
proces , assure Johnny Wahl, son président, également vice- président du CRPM de Nouvelle Aquitaine. Ce syndicat compte un vice-président sur chaque façade maritime: Guillaume Lenoir dans les Hauts-de-France, Gwenaël Protection juridique Riguidel en Bretagne, Arnaud Ithurria au Pays basque, Jimmy
C’est pourquoi le syndicat a Scelle un partenariat avec l’assu- rance maritime P0e-ma, de ma- niere a ce que ses membres puissent disposer d’une protec tion juridique. « Nous avons déjà une centaine d’adhérents , in- dique Pierre Morera. Le cout de ladhésion a été fixé à 30 euros par mois pour les pecheurs bases sur la façade atlantique, 15 euros pour ceux de Méditerranée, dont le chiffre d’affaires est moins élevé. En lançant ce syndicat, ses membres estiment aussi répondre à un besoin, les comités régionaux et départementaux étant « inca- pables de defendre les pécheurs artisans». lIs ne revendiquent au Cun lien avec la Plateforme de la petite péche, une organisation dans laquelle les pécheurs embar- qués ne sont pas suffisamment re-
Rodriguez en Occitanie et Pierre Morera en Paca.
Civelle: une fermeture de sous-quota en Loire
Un avis paru au Jourmal officiel du 1 avril signale la fermeture du sous-quota de Civelle destiné å la consommation des pecheurs protessionnels en eau douce adherant n pas a l’organisation de producteurs Estuaires, dans l’unitė de gestion de l’anguille (UGA) Loire, cotiers vendéens et Sevre niortaise (LCS). Le sous- quota pour le repeuplement reste ouvert.
présentes selon euUx.
Feriel ALOUTI
Le Synadepa revendique déjä une centaine d’adhérents.
Rattrapé par la pandémie, Sapmer demande des vaccins
de tout centre hospitalier, sont plus exposés. » Sapmer, qui sou ligne que 55 pays considerent deja les marins comme des travailleurs cles, donc prioritaires pour acce der aux vaccins, estime que cette vaccination est « l’unique solution pour prévenir de nouvelles catas- trophes sanitaires, humaines, sO- ciales et économiques »
Après la révélation du déces,
dans les deniers jours de mars, de deux marins de l’équipage du tho- nier Belle Isle aux Seychelles, lar- mement Sapmer a reconnu l’exis- tence de foyers de covid-19 sur le Dolomieu, un autre thonier, sur l’un de ses supply, mais aussi – et cette fois à La Réunion -, sur un palan- grier a la légine, dont f’un des ma- rins est hospitalisé en service de reanimation.
Larmement assure respecter Scrupuleusement les protocoles
«Ces cas sont la malheureuseen vigueur. I n’explique pas, pour
l’heure, comment des cas séveres ont pu se déclarer Sur ses naVires au-delà du délai des sept jours d’isolement précédant l’embarque- ment, et malgré la fourniture par les marins de tests PCH negatis. A ce stade, Sapmer estime que lar rivée des variants du covid déjoue
illustration de l’impérieuse néces- sité d’agir urgemment en faveur
de la vaccination de nos marins, en complément des protocoles sanitaires en vigueur, écrit l’arme- ment, le mardi 6 avril, dans un com- muniqué. Les marins de la pêche hauturiere, dont les navires évo luent dans des zones isolées ou fortement éloignées des côtes et
Deux marins du thonier « Belle Isle » de Sapmer sont décédés du covid-19. Des cas positifs ont étë détectés sur trois autres navires de l’armement.
les protocoles mis en place.
Raphael ORTSCHEIDT

20 PËCHE&CULTURES MARINES Les affaires maritimes réorganisent leur flotte
Jeudi 8 avril 2021 lemarin
Fin des vedettes, achat de deux patrouilleurs hauturiers et nouvelle carte de répartition des moyens nautiques: les affaires maritimes se renouvellent pour mieux répondre aux besoins de contrôle.
123
pléte, justifie Thierry Coquil, di- recteur des affaires maritimes.
D’aprés lui, les vedettes de 30 a 32 metres basees a Marseille (Mauve), La Rochelle (Gabian) et Boulogne-sur-Mer (Armoise) et qui sortent pour quatre jours « ont productivité de contröle net- tement moins bonne» en raison des reléves d’équipage, de la lo- gistique du retour au port et d’un rayon d’action plus restreint que celui des patrouilleurs hauturiers
C’est le nombre de contrôleurs des affaires maritimes
in 2021, les affaires mari- mes passeront d’un mo- dèle hybride de trois pa- trouilleurs de haute mer et trois vedettes, a un Scnema a cinq patrouilleurs. C’est le fruit de la rêflexion Affaires mari-
un investissement de 20 millions embarques, un niveau constant d’euros. Pour la Manche, l’Aqua- rius-G, navire de support pour la Thierry Loquil. recherche sismique de la compa- gnie Rederij Groen, acheté d’oc- casion, sera rebaptise Jeanne
avant et après refonte, selon
«Nous pourrons faire plus de
Barret (exploratrice française du contröles avec cette configura XVIll° siècle). Pour la Méditerranée, il s’agira d’une unite neuve construite par le chantier Ocea, nommée Gyptis.
times 2022 entamée en 2017.
qui partent pour douze jours.
tion. C’est nécessaire car les be- soins ont augmente et nos mis- Sions se sont diversifiees du fait d’une réglementation plus com-
Les vedettes seront désarmées et deux nouveaux navires entre- ront dans la flotte, représentant
Resultat, des trous dans la ra- quette au niveau des contrôles en
raison de difficultés pour atteindre la Corse, la Bretagne nord, le golfe
du Lion ou encore le bas du golfe de Gascogne. Pour rectifier le tir, les hauturiers d’une cinquantaine
de métres seront repositionnés. Meilleur positionnement
Le Themis est aujourd’hui basé à Cherbourg et l’lris à Lorient. Ces deux ports n’auront plus de patrouilleur. Le Havre, port plus central pour la surveillance des peches dans la Manche, acCueil- lera le Jeanne Barret. Brest béné- ficiera du Themis, sa position per- mettant de « faire l’essuie-glace» entre Atlantique et Manche, selon
la saisonnalité des pêcheries.
L’Iris sera affecté à La Rochelle pour une meilleure surveillance du golfe de Gascogne. Le Gyptis veillera sur la Méditerranee de- puis Marseille, et l’osiris ll reste à
AFFAIRE IMARITIMES
La Réunion.
Le
Gyptis », qui sera basé à Marseille, est en construction au chantier Ocea.
Lucie LAUTRËDOU
Gironde: des amendes pour deux pécheurs ä la civelle La cour d appel de Bordeaux a condamné, le 25 mars, deux pêcheurs professionnels à des amendes d’un montant de 1 500 euros chacun pour avoir installé en 2014 des postes de péche å la civelle, appelés « pitt », dans
Démantèlement du chalutier «Halten Bank lI » en Belgique Le chalutier Halten Bank lI, depuis 2013 dans armement boulonnais Euronor, a quitté son port d’attache le jeudi 1″ avril pour la Belgique, afin dy être recyclé. Construit en 1980, ce navire de 48,65 métres, n’ayant plus le droit de naviguer, était mis en vente depuis plus d’un an
pour permettre à l’Emeraude (navire d’Euronor et de la Compagnie des pêches Saint-Malo) de récupérer sa capacíté de pêche. Ne trouvant
séparer d’acquéreur, l’armement a décidé de s’en
Le navire Normandie « » détruit par un incendie à Grandcamp-Maisy Le Normandie, chalutier-coquillard de Grandcamp-Maisy dans le Calvados, a été détruit par un incendie dans la nuit du jeudi 1 au vendredi 2 avril, avant de couler dans le port. Pompiers et gendarmes ont assiste impuissants å ce naufrage. Propriété de Xavier Caillouey, cette unitė en bois de 15,98 mėtres
la réserve naturelle des prés-salés à Arès (Gironde). « C’est à tort que les prévenus soutiennent qu’ils étaient dispensés de solliciter l’autorisation préalable prévue à l’article L332-9 du code de l’environnement, des lors qu’ils avaient adressé des demandes au comité des pêches d’Arcachon», indique la cour, pour qui il ya bien eu destruction ou modification de territoires classés en rėserve naturelle. Les prévenus doivent par ailleurs verser solidairement 1 500 euros à titre de dommages et intérèts å l’association Sepanso Aquitaine qui s’était portée partie civile.
par 5,87 mėtres était le premier d’une série de trois bateaux construits au milieu des années 1980 par Les Charpentiers associés du Guilvinec. Une enquête sur les causes de T’incendie a été ouverte.

lemarin Jeudi 8 avril 2021
PËCHE&CULTURES MARINES 21
En Corse, il lance une conserverie artisanale pour sauver sa pëche
sébastien
Rialland, depuis l’enfance, a toujours désiré
être pêcheur. Les quotas
de thon rouge ont failli avoir raison de sa passion
pour le métier. L’idée de valoriser sa pêche
a tout changé.
«Avec les problèmes de quo tas et restrictions, je finissais par être épuisé. » Découragé, le pê- cheur corse Sébastien Rialland, qui cible notamment le thon rouge, a songe un jour a tout vendre et a se reorienter, « Heureusement que ma femme m’a poussé a ne pas tirer un trait sur ce que m avait transmis mon père. C’est elle qui a eu l’idée d’apporter une valeur ajoutée å mon poisson. » Ce qui au depart prenait un air de défi pour le couple a abouti å la créa- tion de Mare e gustu (la mer et le
ne soit pas séche. « Nous avons choisi la ventréche, partie la plus grasse, á laquelle on ajoute de T’huile d’olive pour confire le thon. Le produit est ainsi moelleux, fon-
PARCOURS
le lui permettait, Sébastien Rialland
embarquait avec son pere, emma
2003 Sébastien Rialland obtient son capitaine 200 module pêche au lycée maritime de Bastia.
gasinant toutes les ficelles et la passion du metier. « Bien que bon à l’école, j’ai voulu devenir patron
gout), une conserverie destinée à dant en bouche. ».
pecheur.»A 16 ans, l’adolescent
valoriser les thons rouges pêchés
Une fois la technique de stérili-
travaille avec son pére. « Mais à une vedette de 7 metres, la regle de patronner. ll fallait attendre
par Sébastien Rialland.
sation maitrisée, le chef a pu éla- borer une gamme avec différentes saveurs. « Tous nos ingrėdients sont locaux. L’huile bien en-
18 ans, alors que Javais achete mentation ne me permettait pas
Gräce a des subventions de la collectivitė de Corse, le couple a pu monter son laboratoire. Lidée était de garder une dimension artisa-
2005
tendu, jusqu’à la moutarde à l’an- cienne qui provient d’un petit pro- ducteur. » Lambition du lUxe est affirmée, Sébastien Rialland s’en est donne les moyens avec des fournisseurs sélectionnés pour leurs produits de qualité. Cette re- cherche de qualite se retrouve ega-
llI devient patron pêcheur.
21 ans. »
nale ain de proposer une gamme de produits destinee a l’epicerie de luxe. « Mais si je suis un bon pë- cheur, ni ma femme ni moi ne sa-
Qu’à cela ne tienne, Sébastien Rialland demande une formation acceleree au lycee maritime de Bastia et se rapproche des affaires maritimes. « Même si j’obtenais mon diplöme, il me fallait une dé- rogation pour être patron avant l’åge. Pour l’obtenir, jai donc fait le pari avec le representant de l’administration que je serai ma
2017
I cree la conserverie artisanale Mare e gustu.
Vions cuisiner !»
lement dans sa péche.
Initié par son confrère et ami Damien Muller, pêcheur à Saint-
Florent, le pêcheur bastiais pra- tique depuis quelques annees ‘ikejime, une technique d’abattage La chair conserve
jor de promotion: pari tenu! »
Le jeune patron a ainsi pu pra- tiquer la pêche aux pélagiques et «en vivre très correctement, in- vestissant dans des bateaux plus grands, jusqu’à l’instauration des quotas. »On connait la suite avec Mare e gustu, qul ne manque pas de projets. Le dernier en date: des chefs renommes viennent régu- lièrement à Bastia pour develop per une recette signature sous la
Pour pouvoir être patron avant l’âge, je suis devenu major de promo !»
japonaise.
ses qualités organoleptiques. De plus, le poisson, une fois évis- céré et étêté á bord, est plonge dans des bailles glacées afin qu’il ne se charge pas en bactéries jusqu’a son transfert au labora- toire », précise le professionnel de
Le couple a alors sollicité un chef étoilé de Saint-Florent, Yann Le Scavarec, que Sébastien Rialland fournissait en thon rouge. Pendant trois mois, le chef et le pé- cheur se sont mis en recherche de la bonne formule de cuisson. L’enjeu était de proposer une conserve de thon dont la chair
36 ans, fils de pécheur.
marque du peche
«A la maison, on parlait tout le temps de pêche ». Dès que l’école
Alain LEPIGEON

22
ST Management
Jeudi 8 avril 2021 lemarin
OU SONT NOS NAVIRES ?
Belem ().- Europe/Méditerranée. Chantaco (cdt Komla-Soukha).- Europe/mer du Nord. Chiberta (cdt Léon).- Europe/mer du Nord. Lacanau (cdt Laguionie). Caraibes/Etats-Unis. Lamentin (cdt Abouka).- Europe/ Méditerranée. FS Clara (cdt Flower).- Europe/
Méditerranée. ST Sara (cdt Pineau).- Europe/ mer du Nord. ST Solène (cdt Rouiller).- Europe/ Méditerranée.
Euronav ship management
Alsace (cdt Inbona).- Asie. Anne (cdt Pare-Coubes).- Golfe Persique. Hakata (cdt Guessard).- Océan
Indien.
smbxNG
SAMCO AMAZON
Verrazane (cdt Naud).- Afrique de l’ouest.
CMA CGM Fidelio (cdt Dje Bi Dje).- De Karachi 5 avril pour Singapour 12-13, Qingdao 19-20,
27, Fort-de-France 28, Kingston 2-3 mai, Manzanillo 6, Puerto Moin 8.
Sogestran shipping
Ningbo 24-25,
Sandra (cdt Ulysse).- Golfe Persique. Sara (cdt de La Monneraye). Chine. Simone (cdt Le Meur).- Golfe
CMA CGM Jacques Saadé (cdt Delran).- De Singapour 4 avril pour Le Havre 25-27, Dunkerque 27-29, Hambourg 30-2 mai, Rotterdam 3-5, Malte 10.
Nansha 27-28, Singapour 2-3 mai, Nhava Sheva 10.
MT Mayoury (cdt Tiberghien).- Cartagène jusqu’au 8 avril, Dakhla 12, Laayoune 15, Algésiras 18.
Persique.
CMA CGM Figaro (cdt Guillou).- De Busan 18 mars pour Houston9-11 avril, Mobile 12-13, La Nouvelle-Orléans 15-16, Miami 18-19 puis Singapou. CMA CGM Fort de France (cdt Gruel).- De Montoir 6 avril pour Pointe-à-Pitre 13, Fort-de-France 14, Kingston 18-19, Manzanillo 22, Puerto Moin 24-25, Cartagena 26, Santa Marta 27, Fort-de- France 30, Pointe-à-Pitre 1t mai, Dunkerque 10.
CMA CGM Jules Verne (cdt Thelot).- De Los Angeles 2 avril pour Vung lau 18-19, Nansha 22- 23, Yantian 23-24, Xiamen 25-26 puis Los Angeles.
CMA CGM
Sonia (cdt Behr)- Océan Indien.
CMA CGM Almaviva (cdt Lecointre).- De Miami 27 mars pour Singapour 24-25 avril, Vung Tau 26-27, Hong Kong 30, Shekou 1″ mai, Ningbo 4-5, Shanghai 6,
V.Ships France
CMA CGM Kourou (cdt Saggesi).- De Rouen 1″ avril pour Philipsburg 10, Port of Spain 12- 13, Dégrad des Cannes 15-17, Vila do Conde 19-20, Fortaleza 22- 23, Natal 24-26, Algesiras 4 mal, Londres Gateway 8.
Champlain (cdt Terrien)- De Yantai pour Panamá (Balboa)
Busan 8.
avril. DHT Amazon (cdt Le Carlier de Veslud)- Du golfe Persique pour Ras Tanura 16 avril. DHT China (cdt Roucheray). Singapour 7 avril.
CMA CGM Antoine de Saint- Exupéry (cdt Rogiez).- De Malte 6 avril pour Port Kelang 21-23, Ningbo 29-30, Shanghai 12 mai, Yantian 4-5, Singapour 9.
CMA CGM Fort Fleur d’Epée (cdt Ribes/cdt Carpentier)- Londres Gateway 7 avril, Zeebrugge 7-8, Le Havre 9-10, Montoir 11-12, Pointe-à-Pitre 20, Fort-de-France 21, Kingston 25-26, Manzanillo 29, Puerto Moin 1-2 mai, Cartagena
CMA CGM Louvre (cdt Apperry)- De Shanghai 6 avril pour Yantian 8-9, Singapour 12-13, Dunkerque 5-6 mai, Rotterdam 6-7.
CMA CGM Cayenne (cdt Mens).- De Port of Spain 6 avril pour Dégrad des Cannes 8-11, Vila do Conde 12-13, Fortaleza 15-16, Natal 17-19, Algésiras 27, Londres Gateway 1″ mai, Rotterdam 2-3, Le Havre 4-5.
DHT Sundarbans (cdt Huon).- Dongjiakou 9 avril. Eagle Le Havre (cdt Gueulette). De Mina Al Ahmadi pour Singapour 17 avril. Plastic Odyssey (cdt Petit).- Dunkerque jusqu’au 30 avril (chantier naval). Pointis (cdt Roux).- Luanda (Angola).
CMA CGM Marseille (cdt Zaiane).-Le Havre 7 avril, Philipsburg 15-16, Port of Spain 17-18, Degrad des Cannes 21-24, Vila do Conde 26-27, Fortaleza 29- 30, Natal 1-3 mai, Algésiras 11. CMA CGM Medea (cdt Tahri).- Mundra 7-8 avril, Karachi 11-12, Singapour 19-20, Qingdao 26-27, Shanghai 29-30, Ningbo 1-2 mai, Nansha 4-5, Singapour 9.
Santa Marta 4, Fort-de-France 7. CMA CGM Fort Royal (cdt Brault).- De Kingston 6 avril pour Manzanillo 8, Puerto Moin 10-11, Cartagena 12, Santa Marta 13, Fort-de-France 16, Pointe-a-Pitre 17, Dunkerque 26-27, Londres Gateway 27-28, Zeebrugge 28-29, Le Havre 30-1″ mai, Montoir 2-3, Pointe-à-Pitre 11.
CMA CGM Champs Elysées (cdt Garzon).- De Malte 25 mars pour Port Kelang 10-12 avril, Ningbo 18-20, Shanghai 214
-11,
17 24-25, mai Singapour 28-29, Le Havre
CMA CGM Fort Saint-Charles (cdt Sailly).- De Fort-de-France 3 avril pour Dunkerque 12- 13, Londres Gateway 13-14, Leebrugge 14-15, Le Havre 16- 17, Montoir 18-19, Pointe-à-Pitre
CMA CGM Montmartre (cdt Guerch).- Singapour 7 avril, Malte 21, Le Havre 26-28, Dunkerque 29-1 mai, Hambourg 2-4, Rotterdam 5-7.
Sandviken (cdt Dumas).- Europe de l’ouest. Skuteviken (cdt Gosselin).- Europe de l’ouest. Surville (cdt Hébert).- Afrique de Touest.
CMA CGM Dalila (cdt Boyer).- New York 7-9 avril, Norfolk 10- 11, Savannah 12-13, Miami 15, Algésiras 24-25, Fos 27-28, Gênes 28-30, La Spezia 1-2 mai, Barcelone 4-5, Valence 5-6.

24
MEMOIRE DE L’HISTOIRE
Jeudi 8 avril 2021 lemarin
Entrées d’eau sur le plus gros pétrolier du monde
Sur cette vue aérienne du « Dalila », un des plus gros pétroliers au monde à l’époque, on aperçoit, au pied du portique avant, le rectangle blanc matërialisant la claire-voie du gaillard.
mort de la remorque sera assure par une série de serre-cables. Le« Dalila » ajuste la longueur de sa remorque et la tourne sur les bittes de la plage arriere. Le «Cybéle » dévire une certaine longueur de chaine : le poids de l’ancre et celui de la chaine du « Cybėle» donneront une bonne
AuXI- navi
permettra de la passer dans la cigale de l’ancre, à savoir la ma- nille qui relie l’ancre a sa chaine
Immobilisé en mer Rouge après une panne de motorisation, le pétrolier français « Cybèle » est secouru par un autre pétrolier de la même compagnie: le « Dalila ».
de mouillage.
Une extrémité de la vérine, frappée sur l’extrémité de la re- morque du « Dalila », reste sur sa age arriere alors que l’autre ex trémite est passée dans la cigale de l’ancre du « Cybėle » et re- montée par l’écubier sur sa plage avant, afin d’être virée à l’aide de la poupée du guindeau. Le but est de faire passer plusieurs métres de remorque dans la ci- gale et de faire une demi-clé sur
Avant comme après la guerre, la Compagnie
quage pour éviter les a-coups qui pourraient rompre la remorque. Le « Dalila » mettra en avant très lentement pour commencer le remorquage et augmentera les tours tres progressivement en surveillant la température de sa butée, l’élément le plus fragile dans ces circonstances inhabi- tuelles. Le convoi semble etre ar- rive sans encombre a suez Ou le « Cybéle » est pris en charge par les remorqueurs portuaires.
auxiliaire de navigation élasticité au systéme de remor
(Auxinavi) a fait construire ses pétroliers neufs
essentiellement en France.
Dalila
e fils du chef mécani- cien du Dalila Jean Furic continue de nous décrire ce qui a du se passer à bord, a partir du 31 juil- let 1955, pour que le Cybėle en panne puisse rejoindre Suez, sous remorque. Cette fois, c’est tech-
Le « Dalila » est reste 30 ans dans la flotte de la Compagnie auxiliaire de navigation, avant son désarmement à Brest en mars 1975 et sa demolition en Espagne peu apres.
Ine me semble pas possible de faire avec un tel cable d’acier le tour mort qui serait souhaitable. Cette opération, effectuée å bord de l’un des canots de sauvetage du « Dalila », n’est pas simple. Il est probable que les deux navires avaient un canot à l’eau. Le brin
cette cigale.
Le convoi arrive à Suez le 4 aoüt 1955. Ensuite, les deux petro-
Dalila », raconte
Benard Furic, envoie vers le «Cybéle » une vérine, un cáblot, ici en acier, qui permet de faire passer un filin plus gros. Ceci
nique:« Le

25
MÉMOIRE DE L’HISTOIRE
lemarin Jeudi 8 avril 2021
A tour de rôle, les membres de l’équipage du « Dalila » tiennent le quart de remorque, lors du sauvetage du « Cybèle », début août 1955.
Une autre vue du remorquage du « Cybèle », depuis le haut du château milieu
du « Dalila »,
Le navire étant charge, je ne
liers se séparent: le Dalila repren-
pour s’apercevoir que l’assiette
charge du gaillard desservaient par une grande claire-voie.
dra sa route vers la France et fran- chira le canal de Suez, tandis que le Cybéle sera rêparé sur place et repartira vers le gOlfe Arabique au bout d’une huitaine de jours.
du navire avait changé et qu’il était enfoncé sur l’avant. Le com- mandant fit faire une ronde ge- nerale et le matelot qui ouvrit la porte tribord donnant accés sous
suis pas súr qu’un
Le navire continuait à faire de l’eau: le niveau était descendu au niveau du surbau de la porte, mais un débit important conti-
de ballast ait suffi pour dégage la porte hors de l’eau ou sil a tallu d’abord aveugler la porte de- foncée pour pouvoir vider la cale nuait a secouler du local. Pour avec des pompes portatives. II comprendre lavane, une inspec est certain que la porte a ete re- tion Simposait. Mais le second Termee et soudee en place par capitaine ne sacnant pas nager, mesure de securite. l a ensute ce fut Jean Furic, le chef méca- été nécessaire de sortir tout ce nicien, qui s’y colla. Avançant qui avait étë dérangé, tordu, dé-
En dehors de cette affaire du re morquage du ybele, un autre in- Cident notable intervient au cOurs du meme embarquement de Jean
le gaillard d’avant fut bouscule par l’ouverture brutale de cette porte sous la pression de l’eau accumulee dans le local.
Furic sur le Dalila, mais sans doute
as pendant le méme voyage Peut-être à l’automne suivant, et sans doute durant un autre voyage retour vers la France (donG, le pe- trolier est à pleine charge). Bernard Func croit se rappeler que cela se deroule en editerranee Apres tenant de auart fit renmarauer au commandant André Pérou et au second capitaine Pierre Bompar Au centre du local, une grande vrir jusqu’au plafond pour per son impression que le « Dalila» ouverture dans le pont, limitêe mettre de mettre en position de ne se comportait pas comme par des batayoles, ouvrait sur travail le projecteur pour le fran- avant. Il ne fallut pas longtemps a cale avant, que les máts de chissement du canal.
« Une inspection s’imposait»
parmi plein de débris flottants et des flaques éparses de pein-
truit et ballotté dans le local.
Pour donner la mesure des
ture, il ne tarda pas à découvrir dégåts, le cercueil de plomb
Ce compartiment était divisé en plusieurs zones (local de stoC Kage de peinture, atelier au char: aue plusieurs compartiments s- parés par des cloisons de bois).
que c’était la porte du projecteur était complėtement écrasé. Lors Fin reglementaire utilise dans le ca- de l’arret technique suivant, la nal de suez qui etait deroncee. porte a ete modiee pour quelle
empete,
CVers Texterieur.
la porte
vrait vers Il’intériesr
un petit palan permettait de l’ou- Précision : dans notre numéro
du 25 mars, nouUs avions cité et montre en photo le remorqueur Marseillais V». l sagissait en fait
du Marseillais 15
ILL LLLLLLLLLLLI LLLLLLLLLLLLLL LLLLLLLILLLLLLILLLLLLLLILLLLLLLLLI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :